Echo presse

#TITRE

Sélectionnées grâce à la carte d’identité génétique de la tumeur, des thérapies ciblées contre certains cancers ont amélioré la survie de patients à un stade avancé de la maladie, montre une étude réalisée par l’Institut Gustave Roussy.


Analyser les caractéristiques génétiques de la tumeur pour la combattre
Ces thérapies ciblées sont basées sur l’hypothèse qu’on peut optimiser le traitement en s’appuyant sur les caractéristiques génétiques (mutations ou autres altérations) de la tumeur pour mieux la combattre.
Des thérapies ciblées innovantes contre le cancer, sélectionnées grâce à la carte d’identité génétique de la tumeur, ont permis d’améliorer la survie de patients à un stade avancé de la maladie, selon un essai clinique français publié le 1er avril 2017 dans la revue américaine Cancer Research. L’étude Moscato dirigée par l’Institut Gustave-Roussy (Villejuif, près de Paris), a porté sur les cancers les plus fréquents (poumon, sein, colon, prostate...) et plus d’une vingtaine moins fréquents.

« Cette approche fait pour la première fois la preuve de son efficacité »
« Cette approche fait pour la première fois la preuve de son efficacité » sur cette grande variété de cancers, selon le professeur Jean-Charles Soria (Gustave Roussy/Inserm/Université Paris-Sud), co-auteur de l’étude. Cette « médecine de précision » est basée sur l’hypothèse qu’on peut optimiser le traitement en s’appuyant sur les caractéristiques génétiques (mutations ou autres altérations) de la tumeur pour mieux la combattre. Ces anomalies peuvent être décelées dans des cancers touchant différents organes.

Les analyses du matériel génétique (génome) de la tumeur permettent de repérer ses points de vulnérabilité (mutations ou autres altérations), contre lesquels on peut agir et proposer une thérapie ciblée, essentiellement des médicaments expérimentaux, explique-t-il.

L’étude s’est déroulée à Gustave Roussy entre novembre 2011 et mars 2016, en incluant 1.035 patients adultes atteints d’un cancer avancé, non opérable ou métastatique, dont la maladie continuait de progresser malgré les traitements. Les chercheurs ont pu obtenir une biopsie de la tumeur chez 948 patients et ont pu établir la carte génétique tumorale pour 843 patients, ce qui représente l’analyse de milliers de gènes. Chez environ la moitié des patients, des mutations contre lesquelles il est possible d’agir ont été trouvées. « Au final, environ un quart des patients a pu recevoir une thérapie ciblée et chez un tiers d’entre eux, elle a augmenté la durée de vie sans progression de la maladie », selon le Pr Soria.

Un an de vie gagné
Le bénéfice clinique correspond à une survie sans progression de la maladie, sous thérapie ciblée, au moins 1,3 fois plus longue que celle observée avec le traitement précédent.

Dans l’ensemble, la médiane de survie globale était de près d’un an (moins pour la moitié des patients, plus pour les autres), contre une médiane de survie en général de 3 à 6 mois, relève le Pr Soria ajoutant que des patients de l’étude sont vivants 3 ans après le traitement. Sur la base de cette étude, un nouvel essai Safir02, comparant le traitement standard au traitement ciblé guidé par la biologie, avec tirage au sort des patients a été lancé.

L’essai, qui concerne le cancer du sein et le cancer du poumon devrait regrouper quelque 2.000 patients au total, ajoute le spécialiste. Les résultats sont attendus en 2020.

source http://www.jeune-independant.net

Des initiatives pour encourager le recyclage des déchets

Une journée portes ouvertes s’est tenue jeudi au niveau du centre de formation Oran-Est, où le recyclage et la revalorisation des déchets étaient les thèmes débattus par les intervenants, dont les représentants de l’EPIC CET Oran, en charge de la gestion des centres d’enfouissement techniques, le représentant de la direction de l’environnement et des jeunes du centre de formation, porteurs de projets de recyclage de déchets. Les intervenants ont axé leurs interventions sur la sensibilisation au recyclage des déchets, expliquant que le secteur de la formation doit jouer un grand rôle, revenant ainsi sur le projet pilote de la production de compost à partir de déchets organiques. Un compost naturel qui est utilisé dans l’agriculture et le jardinage.

 

Dans son intervention, la représentante de l’EPIC CET d’Oran reviendra sur le travail des quatre CET que compte Oran, expliquant que le traitement des déchets induit une manne financière non négligeable. L’objectif est la mise en œuvre de projets de recyclage pour la réutilisation comme matière première qui contribue à la préservation des richesses naturelles.

 

De son côté, la représentante de la direction de l’environnement mettra l’accent sur la convention entre sa direction et la formation professionnelle portant sur le recyclage des déchets et leur revalorisation. Insistant aussi sur l’opération pilote du tri sélectif, à la source des déchets ménagers, qui a été menée sur le terrain depuis 2015 à Oran au niveau des deux quartiers «AADL Pépinière» et Akid Lotfi.
Il est à signaler que l’opération de tri des déchets ménagers dans le quartier Akid Lotfi est caractérisée par une anarchie, car les points de collecte ne sont rien d’autre que des décharges sauvages. C’est le cas, par exemple, de la décharge sauvage en face du CEM Zech Tayab, créant ainsi une insalubrité indescriptible.
Rappelons qu’Oran a bénéficié d’une opération pilote de tri sélectif des déchets ménagers dans le cadre du projet de l’organisation R20.

source http://www.elwatan.com

 
Le Centre national de toxicologie à l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a connu durant ce week-end end une activité particulière suite au lancement de la première enquête de biosurveillance de l’exposition de la population algérienne aux polluants.

 

Une équipe en pleine effervescence accueille, depuis vendredi, date du lancement officiel de cette enquête qui coïncide avec la célébration de la Journée mondiale de la santé célébrée chaque année le 7 avril et placée sous le thème «La dépression, parlons-en», les prélèvements effectués dans les différents districts à travers une quinzaine de wilayas dont le but est d’identifier les populations à risque afin d’élaborer des stratégies de lutte et de prévention ciblées pour ces populations. Plus de 3000 prélèvements (sang, urine, cheveux) ont été reçus vendredi au niveau du CNT pour des examens.

Ce qui permettra, selon le Pr Barkahoum Alamir, directrice générale du CNT, de déterminer des valeurs de référence et les normes des différents métaux et métalloïdes dans ces milieux biologiques (chez l’enfant de 3 à 15 ans et l’adulte de 16 à 74 ans). C’est aussi, a-t-elle indiqué, pour étudier la distribution de ces différentes prévalences selon l’âge, le sexe, la région géographique (littoral, Tell et steppe, Sud) et selon le type de district (urbain ou rural). C’est aussi, a-t-elle noté, pour identifier les groupes de populations pour lesquels les niveaux observés sont particulièrement élevés compte tenu de leur sensibilité aux toxiques (déterminants individuels : personnes âgées, femmes en âge de procréer ou enceintes…) et identifier les facteurs associés les plus importants des concentrations observées : facteurs de variation (alimentaires, alimentation en eau potable, environnementaux,…).

La surveillance de l’exposition de la population à des substances chimiques à l’aide d’indicateurs biologiques (biosurveillance) intègre toutes les voies de pénétration dans l’organisme  et toutes les sources d’exposition à la substance chimique. La biosurveillance prend aussi en compte les conditions réelles d’exposition. Ce qui peut conduire à émettre un signal d’alerte précoce, ou encore d’évaluer ou orienter les actions de gestion. Ces mesures sont effectuées sur des matrices biologiques ou des tissus : urine, sang, cheveux, salive…

Le Pr Alamir souligne que ce travail a été réalisé en collaboration avec l’Office national de statistique (ONS) afin de déterminer la liste des unités échantillon (méthodologie pour l’échantillonnage), identifier le nombre de districts et les délimiter géographiquement, en respectant la répartition en zones rurale et urbaine et le nombre des ménages desquels seront tirées les personnes âgées de 3 à 74 ans.

La taille de l’échantillon a été calculée de manière à disposer d’une représentativité nationale. La base de sondage est constituée par l’ensemble des ménages ordinaires et collectifs dénombrés lors du recensement général de la population et de l’habitat réalisé en 2008.
La taille minimale de l’échantillon est de 1210 ménages répartis à travers le territoire national, a-t-elle ajouté. «Notre objectif principal est d’obtenir les premières données de biosurveillance représentatives de la population algérienne afin d’estimer la prévalence chez l’adulte de 15 a 74 ans et l’enfant âgé de 3 a 14 ans ayant des niveaux supérieurs aux seuils recommandés des substances chimiques de l’environnement, en premier lieu les métaux et métalloïdes», a précisé la directrice générale du CNT avant de rappeler qu'à l’échelle mondiale, plusieurs études de biosurveillance des métaux et métalloïdes ont été réalisées telles que l’étude américaine National health and nutrition examination survey (NHANES) (1999-2004), l’étude allemande German environmental survey (GerES) (2003-2004), l’étude française Exposition de la population française aux substances chimiques de l’environnement (2011) et l’étude canadienne Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) (2007-2009).

Le Pr Alamir a tenu à préciser que ce projet, ayant pour thème «Santé et environnement», d’une durée de 36 mois, répond à une problématique mondiale qui est la pollution de l’environnement et l’exposition permanente des êtres humains à des métaux lourds toxiques tels que le mercure, le cadmium ou le plomb.

Ce qui constitue de graves problèmes de santé publique qui ne cessent de prendre de l’ampleur dans le monde entier. «Les métaux et métalloïdes sont présents dans l’environnement naturellement et, du fait de leurs nombreux usages, ils peuvent alors, de manière variable selon la voie d’exposition et la forme chimique, pénétrer dans l’organisme et souvent ils s’y accumulent», a-t-elle expliqué et de noter que grâce à de nombreuses recherches scientifiques, l’exposition permanente et à petites doses de l’être humain à des métaux lourds tels que l’aluminium, le cadmium, le mercure ou le plomb est de plus en plus reconnue comme l’un des co-facteurs de certaines maladies neurologiques, cardio-vasculaires et auto-immunes. «La littérature scientifique internationale a accumulé une masse considérable de preuves attestant de l’extrême toxicité des métaux lourds pour les êtres humains. L’influence des métaux lourds, au moins en tant que co-facteur, peut être établie pour de nombreuses pathologies.» A noter que cette enquête nationale de biosurveillance des métaux et métalloïdes est une première en Algérie.
 

 

Djamila Kourta

source http://www.elwatan.com

توصل فريق من الباحثين البريطانيين إلى إمكانية أن يقضي حمض (الأسكوربيك) على مرض السرطان


ونشرت دورية "ونكوتورغيت "نتائج الدراسة التي قام بها باحثون من جامعة (سالفورد) البريطانية, والتي كشفت أن "حمض الأسكوربيك يمكنه أن يوقف نمو الخلايا الجذعية السرطانية


وتعتبر الخلايا الجذعية السرطانية والتي تشكل نسبة صغيرة من الخلايا السرطانية الأخرى, أساس العملية الخبيثة التي يقوم بها السرطان في الجسم, كما تعتبر المسؤولة عن نمو الورم ومقاومته للعلاج الكيميائي وغيره من العلاجات, بسبب مناعتها وقدرتها على عدد غير محدود من الانقسامات


يعتقد الخبراء أن خلايا السرطان الجذعية يجب أن تصبح الهدف الرئيسي من الأدوية في علاج الأورام الخبيثة


وتوصل العلماء إلى أنه يمكن القضاء على الخلايا السرطانية إذا ما تمكنوا من إحداث اختلال في توازن الطاقة الحيوية للخلايا

وتبين لهم أن فيتامين (سي) هو المادة الطبيعية الأكثر فعالية, فهو أكثر فعالية بعشر مرات ضد الخلايا الجذعية السرطانية من الدواء التجريبي

المصدر

توصل فريق من الباحثين البريطانيين إلى إمكانية أن يقضي حمض (الأسكوربيك) على مرض السرطان.


ونشرت دورية "ونكوتورغيت" نتائج الدراسة التي قام بها باحثون من جامعة (سالفورد) البريطانية, والتي كشفت أن "حمض الأسكوربيك يمكنه أن يوقف نمو الخلايا الجذعية السرطانية".


وتعتبر الخلايا الجذعية السرطانية والتي تشكل نسبة صغيرة من الخلايا السرطانية الأخرى, أساس العملية الخبيثة التي يقوم بها السرطان في الجسم, كما تعتبر المسؤولة عن نمو الورم ومقاومته للعلاج الكيميائي وغيره من العلاجات, بسبب مناعتها وقدرتها على عدد غير محدود من الانقسامات.


يعتقد الخبراء أن خلايا السرطان الجذعية يجب أن تصبح الهدف الرئيسي من الأدوية في علاج الأورام الخبيثة.


وتوصل العلماء إلى أنه يمكن القضاء على الخلايا السرطانية إذا ما تمكنوا من إحداث اختلال في توازن الطاقة الحيوية للخلايا.


وتبين لهم أن فيتامين (سي) هو المادة الطبيعية الأكثر فعالية, فهو أكثر فعالية بعشر مرات ضد الخلايا الجذعية السرطانية من الدواء التجريبي.

- See more at: http://www.elkhabar.com/press/article/119526/%D9%81%D9%8A%D8%AA%D8%A7%D9%85%D9%8A%D9%86-%D9%8A%D9%82%D8%B6%D9%8A-%D8%B9%D9%84%D9%89-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D8%B1%D8%B7%D8%A7%D9%86/#sthash.qo8ILYQK.KZn1GoaS.dpuf

توصل فريق من الباحثين البريطانيين إلى إمكانية أن يقضي حمض (الأسكوربيك) على مرض السرطان.


ونشرت دورية "ونكوتورغيت" نتائج الدراسة التي قام بها باحثون من جامعة (سالفورد) البريطانية, والتي كشفت أن "حمض الأسكوربيك يمكنه أن يوقف نمو الخلايا الجذعية السرطانية".


وتعتبر الخلايا الجذعية السرطانية والتي تشكل نسبة صغيرة من الخلايا السرطانية الأخرى, أساس العملية الخبيثة التي يقوم بها السرطان في الجسم, كما تعتبر المسؤولة عن نمو الورم ومقاومته للعلاج الكيميائي وغيره من العلاجات, بسبب مناعتها وقدرتها على عدد غير محدود من الانقسامات.


يعتقد الخبراء أن خلايا السرطان الجذعية يجب أن تصبح الهدف الرئيسي من الأدوية في علاج الأورام الخبيثة.


وتوصل العلماء إلى أنه يمكن القضاء على الخلايا السرطانية إذا ما تمكنوا من إحداث اختلال في توازن الطاقة الحيوية للخلايا.


وتبين لهم أن فيتامين (سي) هو المادة الطبيعية الأكثر فعالية, فهو أكثر فعالية بعشر مرات ضد الخلايا الجذعية السرطانية من الدواء التجريبي.

- See more at: http://www.elkhabar.com/press/article/119526/%D9%81%D9%8A%D8%AA%D8%A7%D9%85%D9%8A%D9%86-%D9%8A%D9%82%D8%B6%D9%8A-%D8%B9%D9%84%D9%89-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D8%B1%D8%B7%D8%A7%D9%86/#sthash.qo8ILYQK.KZn1GoaS.dpuf

Contact

Correspondances adressées à la Direction :

Collaborations, visites et/ ou stages :

Commentaires ou suggestions concernant le site Web : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Tel: +213 (31) 77.50.37/39
  • Fax: +213 (31) 77.50.44
  • Adresse: Centre de Recherche en Biotechnologie Ali Mendjli Nouvelle Ville
    UV 03 BP E73 Constantine